#MurderParty _ Jour 1

C’est la rentrée dans le fameux Institut de Linguistique et Phonétique Générale et Appliquée (ILPGA).
Paris s’anime, et avec la capitale, c’est toute la recherche obstinée au sein du département de linguistique qui prend vie pour une année de plus.

Dans ces moments d’effervescence, tout le bâtiment foisonne d’étudiants qui fourmillent dans les salles de cours, qui se posent entre amis sur les marches des escaliers, qui se plaignent chez la secrétaire, qui parlent de leurs exploits de la veille, qui lisent en silence ou encore qui rêvent d’un retour aux vacances trop courtes à leur goût. Parce que c’est un peu ça, la vie étudiante. On va en cours, on aime et on prend part aux discussions. On se positionne. Et on finit par se battre pour ce qui nous anime.

Comme chaque année, les jeunes chercheurs sont amenés à adhérer à une communauté qui rassemble des passionnés, dédiée à poursuivre les études de leur principal représentant. Ainsi, on dénombre 4 équipes :

  • Team Chomsky : qui poursuit le combat de la linguistique générativiste. Un brin anarchiste, 200% engagés, les étudiants se livrent à des débats passionnés.
  • Team Saussure : qui reprend l’approche structurale de la linguistique. Leur obsession sur le concept de ‘système’ et leur désintérêt du côté social de la langue rendent les étudiants de cette communauté détestés par la plupart des étudiants et en particulier les sociolinguistes.
  • Team Labov : qui s’intéresse à l’approche sociale du langage, autrement dit la sociolinguistique. Les étudiants sont ouverts d’esprit et aiment aller sur le terrain. Ils s’entendent bien avec les différentes communautés du campus à l’exception des structuralistes.
  • Team Barthes : qui s’intéresse aux signes et à l’image, autrement dit l’obscure sémiotique. Les étudiants de la communauté sont fascinés par le macabre, l’horreur. Ils sont un peu mis à part par les autres communautés.

Alors que certains étudiants s’apprêtent à entrer dans la salle Benveniste au troisième étage de l’ILPGA, un cri strident se fait entendre. Lorsque l’administration, l’équipe pédagogique et bien vite, toutes les personnes dans le petit bâtiment arrivent devant la scène, il est trop tard : Un labovien est mort…

murderparty 4

Faites avancer l’enquête ici ou lisez la suite là 🙂

Publicités